15 techniques d’autodéfense qui peuvent vous sauver la vie

Il est peu probable que vous ayez besoin de recourir aux techniques d’autodéfense qui vous sont proposées dans cet article, mais le fait de les connaître peut vous aider, voire vous sauver la vie dans des circonstances exceptionnelles. La première règle reste sans doute de garder votre sang-froid, étant donné que les survivants des événements les plus dramatiques ont aussi été ceux qui ont su garder leur calme. Respirez à fond et lisez ce qui suit.

 

1.Le coup de boule

coup-de-boule

On ignore si une femme est capable de donner un coup de boule à un homme qui la dépasse d’une tête, mais un coup violent donné avec la tête sur l’arête du nez ou le thorax de votre adversaire peut créer de sérieux dommages et le neutraliser le temps qu’il faut pour vous sauver. Il est évidemment difficile de s’entraîner à cette technique, sauf si vous trouvez un spécialiste du combat ou un vétéran de l’armée.

 

2.La stratégie du petit poucet

strategie-du-petit-poucet

Si on vous kidnappe (pour toutes sortes de raisons) et si on vous embarque de force dans un véhicule, essayez de jeter au fur et à mesure des objets tirés de votre sac à main ou de vos poches dans les parages de votre enlèvement et aussi sur le lieu où vos ravisseurs vous ont emmené. Faites preuve de discrétion et ne jetez que de petits objets comme un tube de rouge à lèvres ou un stylo pour ne pas éveiller les soupçons des criminels.

 

3.La cible mouvante

sautiller-devant-ladversaire

Si on essaye de vous agresser, ne restez pas sur place, bougez. Une cible mouvante qui sautille dans tous les sens est plus difficile à atteindre qu’une silhouette aussi raide qu’une souche d’arbre. Adoptez les techniques des grands boxeurs qui évoluent toujours sur le ring en bougeant le plus possible afin d’éviter les coups de leur adversaire.

 

4.Les points sensibles

points-sensibles-du-corps

Des connaissances de l’anatomie humaine, mêmes sommaires, peuvent faire cesser rapidement une tentative d’agression et neutraliser votre adversaire. Mémorisez les points sensibles à frapper. Notez ces zones : l’arrière des oreilles, l’arête du nez, le pli entre la bouche et le menton, les coudes, le plexus solaire, les parties génitales, les reins, les genoux et le dessus des mains (mais il y en a bien d’autres).

 

5.La zone de repli idéale

refuge-dans-la-cuisine

Si on entre de force chez vous, précipitez-vous d’abord dans la cuisine. Elle est pleine d’armes potentielles, comme des couteaux, un rouleau à pâtisserie ou des fourchettes à planter sur le dos de la main de votre agresseur. Une simple cocotte en fonte jetée à la figure de l’assaillant peut le neutraliser assez longtemps pour vous permettre d’appeler la police. Ne vous réfugiez jamais dans une pièce neutre, comme la chambre à coucher ou une autre, sans issue, comme la salle de bains, où vous seriez condamné à vous enfermer sans savoir ce qui se passe chez vous.

 

6.Jeter le portefeuille

portefeuille-jete-au-sol

Ne jouez pas au héros de série B en voulant défendre votre portefeuille. Les amateurs de ce genre de crime sont souvent désespérés, sous l’emprise d’une drogue ou assez inconscients pour vous abattre à cause des quelques euros contenus dans votre sac. Jetez le portefeuille au loin, à une distance qui vous permet de vous enfuir. Ne cherchez pas à négocier, ces gens-là se fichent éperdument de vos propres soucis. Si vous devez vous rendre dans une zone sensible, emportez un deuxième portefeuille contenant des fausses cartes bancaires et des petites coupures pour créer votre diversion sans devoir sacrifier vos papiers d’identité.

 

7.Se débrouiller dans un ascenseur

interieur-dascenseur

Si vous vous sentez menacé dans un ascenseur avec un individu manifestement pétri de mauvaises intentions, appuyez sur tous les boutons d’étages. L’appareil sera obligé de s’arrêter à tous les étages, ce qui vous permettra de vous enfuir si les menaces de l’assaillant potentiel se précisent.

 

8.Ne pas hésiter à crier

femme-qui-crie

Crier reste encore le signal d’alarme le plus reconnu dans un lieu public. Vous pouvez évidemment emporter sur vous un sifflet, mais ce son peut être confondu avec d’autres situations, comme une manifestation ou une intervention policière. Si vous vous retrouvez acculée dans une ruelle avec un individu aux intentions peu charitables, criez bien fort. Cela reste encore votre meilleure stratégie de survie.

PUBLICITE

Précédent 1 sur 9 Suivant